Selon l'article 184 du code civil, " tout mariage contracté en contravention aux dispositions susvisées peut être attaqué, dans un délai de trente ans à compter de sa célébration, soit par les époux eux-mêmes, soit par tous ceux qui y ont intérêt, soit par le ministère public".

Toutefois, pour que la nullité du mariage soit accordée, il faut que les deux époux soient encore engagés dans les liens du mariage ou, dans le cas contraire, qu'ils justifient d'un intérêt à agir.